Title Image

Outils de gestion

La Directive Cadre sur le Milieu Marin

La France a initié depuis 2011 la mise en œuvre de la Directive Cadre Stratégie pour le Milieu Marin (DCSMM). Cette mise en œuvre, dont l’objectif est l’atteinte du bon état écologique des eaux marines en 2020, se matérialise par l’élaboration de « Plans d’Action pour le Milieu Marin » (PAMM) à l’échelle de sous-régions marines, la « Méditerranée occidentale » étant l’une d’entre elles.

Le PAMM pour la Méditerranée occidentale a pour objectif la préservation des habitats et des espèces marines, ainsi que la réduction des pressions sur le milieu marin. L’une des mesures méditerranéennes vise à mettre en place et coordonner à l’échelle de la façade des campagnes de sensibilisation adaptées aux différentes catégories d’usagers. La campagne Ecogestes Méditerranée s’inscrit dans cette mesure et permet la sensibilisation et l’implication des plaisanciers dans la préservation des milieux marins et littoraux. Elle se déploie à l’échelle des trois régions de la façade Méditerranée française : Provence-Alpes-Côte d’Azur, Occitanie et Corse.

pamm
drim

La gestion du littoral

Une démarche indispensable pour un littoral durable

Le littoral est une zone d’interface terre-mer connue pour ses nombreuses richesses écologiques, mais également par ses pressions démographique et économique. En France métropolitaine, la densité de population des communes littorales est de 2.5 fois plus forte que la moyenne hexagonale. Ces villes connaissent aussi des pics saisonniers de fréquentation touristique.

Le littoral concentre de nombreuses activités (pêche, aquaculture, loisirs nautiques, transports, industries…), avec lesquelles peuvent naître des conflits d’usages : partage de l’espace et des ressources.

La gestion du littoral est apparue alors comme une démarche indispensable pour assurer un développement durable de ces territoires. La participation de tous les acteurs et la concertation sont les principes de base de cette gestion qui est mise en œuvre à l’aide d’outils adaptés aux enjeux locaux.

On peut citer comme exemples :
• Les contrats de baie comme celui de l’aire métropolitaine marseillaise, la Rade de Toulon, porté par la communauté d’agglomération Toulon Provence Méditerranée, et celui de la Baie d’Azur porté par la Métropole Nice Côte d’Azur.
• Le plan de gestion globale incluant l’Ile Verte et le domaine du Mugel porté par le Département des Bouches-du-Rhône avec comme action phare la mise en place de mouillages fixes pour les plongeurs sous-marins.

Vous voulez en savoir plus sur ces outils de gestion? Téléchargez le « guide pratique » de la campagne (à venir).

Zoom sur le contrat de baie de la Métropole marseillaise

Le Contrat de Baie de l’aire de la métropole marseillaise s’étend de Saint-Cyr-sur-mer (dans la Var) jusqu’à Port-Saint-Louis-du-Rhône, soit un linéaire côtier de 160 km.
Initié dès 2011 et opérationnel depuis 2015, le Contrat de Baie, piloté par la Ville de Marseille et la Métropole Aix-Marseille-Provence, vise à préserver les richesses écologiques du territoire, tout en accompagnant un développement harmonieux des activités humaines sur le littoral.
Le Contrat de baie est un programme d’actions qui agit avec trois objectifs prioritaires :
• Prévenir et réduire les sources de pollution
• Préserver et restaurer la biodiversité
• Sensibiliser et éduquer les publics
Le Contrat de Baie aborde un grand nombre de thématiques comme la réduction des pollutions domestiques ou industrielles, la restauration des milieux naturels, la gestion des usages nautiques, la restauration de cours d’eau ou la mise en place de plateformes d’échanges communes.
D’une durée de 7 ans, le Contrat de Baie permet de consacrer 320 millions d’euros à la réalisation de 160 opérations distinctes.

Les collectivités territoriales et l’Agence de l’eau Rhône Méditerranée Corse soutiennent fortement les actions des Contrats de baies.